Après un petit mois d’absence, on revient avec deux bonnes nouvelles pour le cinéma ! Je vous présente tout d’abord et pour la première fois un film français (qui vaut le détour !). Ainsi qu’une super programmation pour cet été à la cinémathèque de Toulouse !

Je vous retrouve ce mois-ci pour vous parler d’un film choc. Un Français est un long métrage sur l’évolution du mouvement skinhead nazi français, des années 1980 à nos jours. Prenant appuis sur des faits réels, cette fiction relate l’histoire d’un homme, qui, après des années de combat (au sens propre comme au figuré) contre les minorités (noirs, arabes, gays..), va prendre conscience de son erreur pour finalement tenter de devenir un homme bien.

Un français, cinéma

On ne peut évidemment pas parler de ce film sans évoquer This is england ou American History X. Dans la veine de ces deux longs métrages, le film français succède à ces derniers avec force. Moins romancé que This is england et plus réaliste qu’American History X, la caméra de Diastème filme avant tout la haine des protagonistes. Une haine mais aussi une peur de l’autre que l’on peut lire dans les yeux des personnages et dans leurs gestes. Avec des acteurs exceptionnels (Alban Lenoir, Samuel Jouy, Paul Hamy…) le film devient crédible et vrai, à la limite du documentaire. Un Français est un film puissant parce qu’il fait écho en nous. Il parle de ce qui nous entoure et de la (triste) société dans laquelle nous vivons. Il parle aussi de la vie, de ces gens que l’on ne comprend pas, de leurs choix et de la dureté de leurs actes.

Diastème (journaliste, écrivain, dramaturge, cinéaste…) a choisi de filmer cette bande de jeunes d’extrême droite sans filtre et sans aucune censure pour ne rien cacher aux spectateurs. Le film est d’une violence rare, donc, par les idées évoquées et par ses images. Mais il est aussi d’une intelligence remarquable car le réalisateur ne tombe jamais dans le piège des scènes explicatives lourdes et désuètes. Il montre les faits, il suggère. Il y a peu de mots et beaucoup de gestes. Tout passe par le regard de Marc (Alban Lenoir). De sa colère, à sa prise de conscience, en passant par la haine et la désolation.

Preuve que le film est une réussite : on sort de la salle avec une peur, une boule au ventre et une méfiance de l’autre. En aucun cas moralisateur ce film montre qu’il existe, encore aujourd’hui, des groupes extrémistes dangereux. Il montre également que la haine détruit et ronge les individus de l’intérieur, et il n’y a pas de meilleur exemple que Marc, le personnage principal, pour illustrer cela. Une vie gâchée par ses actes, sali et meurtri, il doit faire face à un passé devenu trop lourd à porter…

Ce film est définitivement à voir pour la réalité qu’il nous impose !

__________________________________________

CINEMA EN PLEIN AIR à La Cinémathèque de Toulouse.
Du 3 juillet au 15 aout, ne loupez pas les séances en plein air qui se dérouleront dans la cour de la cinémathèque de Toulouse. Venez vous installer confortablement pour voir ou revoir des classiques du cinéma avec un grand C ! Avec des séances à 22h ou 22h30 du mardi au samedi, vous aurez l’embarras du choix. Martin Scorsese, Woody Allen, Pedro Almodovar, Hitchcock ou encore Wes Anderson seront diffusés. Le film d’ouverture, prévu pour le vendredi 3 juillet, n’est autre que la fureur de vivre de Nicholas Ray !

cinemathèque, cinema en plein air

 Retrouvez ici le programme complet : http://www.lacinemathequedetoulouse.com/bns/180/seances