Du 31 mars au 11 juillet 2016

au Grand Palais à Paris, Galeries nationales

 

Photographe malien, Seydou Kaïta est né en 1921 à Bamako, la capitale du Soudan à l’époque. En 1935 son oncle lui offre son premier appareil photo, un Kodak Brownie. Autodidacte, il ouvre en 1948 son studio à Bamako et se penche sur le portrait individuel ou de groupe avec une centaine de tirages argentiques 13×18 d’époque, toujours en noir et blanc. En tout 238 photographies réalisées dans les années 50 et 60 avec quelques tirages en grands formats (180×120).

Photo prise sur le site officiel du photographe : http://www.seydoukeitaphotographer.com/fr
Photo prise sur le site officiel du photographe : http://www.seydoukeitaphotographer.com/fr

La plupart du temps ses clients sont représentés de trois quarts avec des tissus à motifs en fond. Il met des objets à la disposition de ses clients qui choisissent alors ce qu’ils préfèrent et composent avec. La plupart de ses photographies, datant de la fin de la colonisation, ouvre l’ère d’un art africain qui affirme son identité. Seydou Keïta offre une projection d’une société qui aspire à la modernité. Les clichés présentés dans cette exposition sont superbes et gracieux, les modèles du photographe laissent transparaître une élégance et un naturel qui embellit la photo.           En avance sur son temps, avec une maîtrise de la lumière et du cadrage, Keïta deviendra photographe officiel du gouvernement jusqu’en 1977, année de sa retraite. Il meurt en 2001 à Paris et reste aujourd’hui l’un des plus grands portraitistes du XXème siècle.

L’exposition se finit par une vidéo où l’on peut voir l’artiste photographier ses sujets, comment ils composent avec eux. Vous pouvez profiter de ses œuvres jusqu’au 11 juillet.

Entrée 8 € pour les 16-25 ans.

Le site de Seydou Keïta est par là.

 

Photo prise sur le site de RFI
Photo prise sur le site de RFI