Nous voilà parties pour trois jours de festival à Rock en seine. Sacs à dos sur le dos et tente en main. Mais le bonus de la saison c’est que nous y allons aussi pour travailler en tant que bénévoles. Voici un report de l’intérieur quelques jours après les festivités. On vous embarque !

rock en seine !!

Crédit photo : Tifaine Joulié

Rendez-vous pris deux jours avant le début des concerts au parc de Saint Cloud avec toute l’équipe de bénévoles du camping avec qui nous allons travailler. Rencontre fixée à 7h30 à la grille d’honneur du parc. Evidemment, nous arrivons en retard, à 8h30. Une dizaine de personnes nous attendent en cercle. L’atmosphère est bon enfant, on prend du café, des madeleines… Quelques uns ont des histoires à raconter…on comprend que certains n’en sont pas à leur première édition de bénévolat au sein du camping. On rigole et on apprend à se connaitre les uns les autres.

Durant ces deux jours, des missions de montage et de préparation du lieu vont nous être attribuée : bâchage, délimitation des emplacements, préparation des goodies, ateliers déco…tout doit être prêt pour le vendredi matin, 10H.

Vendredi matin, 10h. L’appréhension monte. Après avoir vécu deux jours de joyeuse colocation dans ces lieux vides que nous nous étions appropriés, voilà l’arrivée des 2400 campeurs. Nous devons les accueillir, les placer, les informer, tenir la bagagerie… Nous sommes tous affairés à notre poste. La journée est intense mais très enrichissante. Les festivaliers sont contents d’arriver, les discussions vont bon train !
Nous finissons notre journée à 22h, nous nous dépêchons alors de descendre sur le lieu du festival afin de voir Fauve. Le public est venu en masse. Les gens connaissent les paroles. Le « collectif » comme ils se décrivent eux-mêmes font le show. Les mots sont toujours aussi puissants. Il s’agit malgré tout d’un de ces groupes que l’on préfère voir en nombre réduit. Pour le côté intimiste voir amical que ces gens-là savent installer. Nous nous dirigeons ensuite voir Boys Noize & Mr Oizo. Le duo de DJ font leur job. La foule est déchainée. Nous continuons notre tour des concerts avec Kasabian. Groupe inconnu pour moi. Je me retrouve alors devant un groupe de rock, avec un chanteur et un guitariste dingues. Ils sautent partout, vivent leur musique et font une véritable prestation. Ce n’est pas un style de musique que j’ai pour habitude d’écouter. Et pourtant. Les deux voix se marient à merveille, le son est incroyable. Certaines chansons sont absolument magnifiques et la performance live vaut le détour. Kasabian sera, pour moi, l’une des révélations de ce festival. Nous montons ensuite continuer notre soirée avec le reste de l’équipe…

 

ambiance, rock en seine

Crédit photo : Tifaine Joulié

La journée du samedi est plutôt calme. Nous ne travaillons que 4 heures. Nous descendons ensuite au festival. De cette journée, un gros nom, une grosse attente : Jamie XX. Nous nous y pointons 15 minutes avant le début du show pour être sures d’être bien placées. A ma grande surprise le DJ ne joue pas uniquement son album mais remixe aussi des sons soul, raggae, des sonorités créoles. Cette mixité des genres m’a laissée perplexe. Les chansons des premiers EPs et du premier album quant à elles ont fait leur job tout en restant gentillettes. Le travail sur la lumière était quant à lui incroyable. Peut-être que l’on s’attendait à beaucoup concernant cet artiste, le bilan reste en demie teinte. Deux très bonnes surprises cependant ce soir-là. Sur la scène Ile de France (toute petite scène extrêmement intimiste et, de ce fait, agréable) Lomepal et La Mverte se sont succédés. Le premier, rappeur parisien aux sonorités 1995 a eu la capacité de réveiller et fédérer la foule. Il y avait, certes, beaucoup de connaisseurs mais qu’importe, l’ambiance était au rendez-vous. Des paroles cinglantes et un rythme effréné fait de Lomepal un artiste à suivre de près. La Mverte quant à lui, avec une électro simple, efficace mais pas forcément minimaliste nous a fait dansé du début à la fin. Un autre de mes coups de cœur de la saison. Seul bémol pour les deux concerts : 30minutes, c’est trop court !! Avis aux programmateurs ! Et nous repartons, à la fin des concerts, rejoindre notre équipe afin de profiter de « l’after » organisé sous l’immense chapiteau du camping.

 

jamie xx, rock en seine

Jamie xx. Crédit photo : Tifaine Joulié

 

Nous arrivons enfin au dernier soir de festival. Levées 7h30 pour commencer le travail de bénévole. Pas beaucoup d’heures de sommeil au compteur, nous nous affairons à nos taches respectives avec, il faut bien le dire, un peu de difficultés. Nous descendons sur les coup de 18h pour assister aux concerts que nous avions prévus de voir. Parmi eux, Tame Impala, Jungle, Alt J…Les deux premiers furent une réelle réussite et constituent pour moi les deux temps forts du festival. Une foule déchaînée pour les deux concerts, des artistes en grande forme (chacun dans leur style), et le soleil qui nous chauffe les joues. J’ajoute également une très bonne surprise du côté de Alt J qu’il m’avait été donné de voir quelques mois auparavant et que j’avais trouvé un petit peu « mous du genou » et qui, cette fois ont été pour ma part, bien meilleurs. Nous finissons la soirée avec un combo Chemical Brothers/N’to. Le verdict est sans appel, nous avons préféré sans aucun doute l’électro d’N’to sur une petite scène à l’abris des regards que la techno des DJ de Chemical Brothers (où le son était beaucoup, beaucoup trop fort).

 

jungle, rock en seine

Jungle. Crédit photo : Tifaine Joulié

Nous nous levons pour notre dernier jour au camping. Avec une unique heure de sommeil au compteur. Nous avons pour mission de réveiller les campeurs, de démonter, ranger et nettoyer le lieu. C’est avec encore plus de difficulté que la veille que nous nous mettons au travail. Nous nous endormons tous plus ou moins sur les coups de deux heures. Et puis chacun s’en va au compte goute. Nous décollons aux alentours de 17h prendre notre bus en puisant sur nos dernières forces. Le camping est vide, les scènes sont en train d’être démontés…Nous laissons derrière nous de belles rencontres et de jolis moments partagés. Nous rentrons avec la sensation d’avoir bien profité et d’avoir réussis notre mission : Etre à la fois festivalier et bénévole à Rock en seine ! Avoir su profiter des deux côtés de l’aventure et d’avoir vécu une sacré expérience humaine et musicale…

Merci Rock En Seine, on vous dit à bientôt !