Il en fallait de la volonté pour se lever un dimanche matin. On a trainé nos cerveaux encore endormis au Hall 8 du parc des expositions, curieux de découvrir la première édition de ce salon de la sneaker made in Toulouse.

Une chose est sûre : la (très) jeune équipe du sneakerside a tout le mérite d’avoir porté un projet qu’on aurait pourtant attendu de la part d’autres acteurs bien connus de la scène toulousaine. Lors de cette première édition, ils auront au moins prouvé aux sceptiques que le public toulousain répond présent même à 9h30 du matin sous la grisaille.

C’est avec beaucoup d’appréhension qu’on a rejoint le parc des expositions. J’avais espoir de voir un évènement auquel on a envie de chiller tout un aprem, mais étaient-ce les 2030m2 du hall 8 qui étaient trop grands, trop impersonnels pour ce type d’évènement?

16252115_1860390094172566_1507819358826330916_o

Entre la Cité de la Mode pour le Sneakerness et le Carreau du Temple pour le Sneakerevent, les conventions parisiennes n’ont pas à rougir de leurs lieux d’accueil. Si le Hall 8 ne fait pas rêver par son architecture, l’ambiance y aurait pu être développée. Seule attraction de l’évènement, le tir au panier du stand Crep Protect nous a permis de nous occuper pendant quelques instants, après une dizaine de tours autours des exposants et une tentative de décompte du nombre de Yeezy et de Creepers Fenty portés par les visiteurs. Un prix d’entrée plutôt élevé donc, en l’absence de beaucoup d’items donnant envie d’y passer sa journée: aucune présence de la street culture à l’intérieur du hangar, pas de photocall/photomaton, aucun espace détente, aucune buvette à l’intérieur et absence de visibilité complète de certains partenaires attendu comme Asics Tiger, dont on a entendu vaguement parler d’un tirage au sort à postériori sans avoir été mis au courant lors de l’event; ainsi que des shops locaux de sneakers (la présence de Size? comme au Sneakerness aurait été bienvenue).

On aura quand même croisé ZEST avec qui ça fait toujours plaisir de discuter (et qui fête son premier anniversaire le 15 avril, just sayin) et fait la connaissance de HelloSasha, le premier eshop français de sneakers dédié aux filles qui prévoit de belles choses dont on vous reparlera très prochainement.

Pour être le premier event de sneakerhead toulousain, le Sneakerside a beaucoup de potentiel. Autant de potentiel qu’a eut le DATA Sneakers (même superficie du lieu d’accueil / même tarif d’entrée) à Marseille dont la première édition fut une véritable réussite et donnait envie d’y être (jugez par vous-même). On souhaite donc au Sneakerside d’arriver au même niveau, histoire de nous prouver sur les prochaines éditions qu’être une team jeune n’est pas un frein pour faire rayonner Toulouse dans la street culture.