Manifesto, un des temps fort du mois de l’image, est un rendez-vous incontournable de l’actualité culturelle Toulousaine.

Depuis 12 ans déjà, cet évènement dédié à la photographie contemporaine et aux vidéos d’art se déroule entre Toulouse et Tournefeuille, pendant 3 semaines au mois de septembre.

Lancé et animé par un collectif de 14 photographes bénévoles, ce festival a essentiellement pour but de présenter les projets de jeunes photographes.
Il s’adresse aux amateurs comme aux professionnels. Le crédo ? l’éclectisme des œuvres présentées.
Au-delà de la démarche culturelle originale, Manifesto développe son côté militant par les expositions et la manière de travailler. Le festival se veut original et souhaite sortir des sentiers battus.

Cette année encore, le collectif décide d’exposer les œuvres dans des containers, nous laissant pénétrer dans l’univers spécifique et individuel de chaque artiste.

  • Comment se déroule le festival ?

Pour faire le choix des artistes exposés, le festival lance un appel à auteur. N’importe qui peut envoyer une série cohérente d’images sans thème défini afin de préserver l’esprit de diversité du festival. C’est ensuite à un jury indépendant (différent chaque année), composé de photographes professionnels, que revient la dure tâche d’en sélectionner quinze.

Comme tous les ans, Manifesto met en avant un invité d’honneur. Pour cette édition 2014, c’est Michel Vanden Eeckhoudt, photographe belge et son exposition Doux-Amer.

Pour tout trouver sur le collectif, les lauréats 2014, les appels à auteurs pour la prochaine édition, je vous invite à cliquer ICI !

Voici un petit aperçu de ce que vous trouverez là-bas ! C’est jusqu’au 4 octobre, dépêchez-vous !

« Des mots pour refuge » , une exposition présentée par Medecins Sans Frontière se à attirer l’attention du public sur la situation des civils syriens ayant fui le conflit.

1

2

 

Philipe Leroux nous dévoile la vie banale de Pierre, reflétant une précarité quotidienne. Une misère presque devenue ordinaire.

257615_10204703301440089_1556316800928864524_o

10703728_10204703301760097_4834175877829006212_n

 

Virginie Planchut expose « Sans preuve et sans cadavre » une série d’objets ordinaires enfouis dans les souvenirs. des objets du quotidien, restés en suspend, auxquels on se raccroche.

10431318_10204703318560517_3180062702086806658_o

 

 Joseph Charroy présente « Carnet d’ukraine » les photos de son voyage avec la volonté de ne montrer que des instants fugitifs de la vie qui passe. Une mélancolie douce et rêveuse dans un pays de « l’entre-deux ».

10619945_10204703318440514_673483110765463583_o

1015425_10204703319120531_9088062091452097252_o

 

 Ida Jakobs expose “La vie devant soi”. Une affaire de famille, entre fiction et réalité.

10177881_10204703301640094_1731775389244053652_n

10668928_10204703300320061_2525665975444423145_o

 “Roseaux” de Tabet Lara et Daher Michelle explore la rela­tion des artis­tes à un lieu spé­cial de Beyrouth. Un espace public au cœur de la ville mais en marge, créant une sen­sa­tion d’iso­le­ment et d’obs­cu­rité.

10496134_10204703300000053_1378812249418675693_o

10603928_10204703300680070_6718125466991100755_o

– Nastasia Cht