image

Vous avez peut-être vu passer la page de Prisme Noir dans votre timeline FB. Le monde de la photographie toulousaine étant minuscule, forcément quand 8 photographes se réunissent autour d’un collectif ça fait du bruit chez les un tant soit peu initiés.

Chez TOG on connaissait surtout le travail de Fanette, du coup on a eut envie d’en savoir plus sur le collectif entier, letz go: interview !

Touch Of Grand:  Prisme Noir ça vient doù ? Pourquoi ce nom ?

Prisme Noir : Nous avions besoin d’un symbole fort et qui nous représente. Le prisme est un objet esthétique façonné à partir du cristal qui a permis de comprendre la lumière.

Créer un objet esthétique en maitrisant la lumière, c’est aussi notre objectif en tant que photographe.

Le noir est plus un contrepied, le prisme permettant la divergence de la lumière blanche, nous représentons la convergence de huit univers en un seul et même ensemble.

 image

Alexandra Davy – Série Lignes Vertes – http://www.alexandradavy.com/

   

TOG: Pourquoi faire un collectif de photographe ?

PN : Avec internet et les nouvelles technologies, le milieu de la photographie a vu ses repères complètement bousculés. Il nous a paru crucial de se serrer les coudes et d’avancer ensemble.

Mais nous sommes plus qu’une simple addition de 8 photographes. Nous apprécions et respectons le travail de chacun et cela bien avant notre arrivée sur Paris. L’émulation et la cohésion qui en résulte est un des point essentiel de notre collectif.

En toute confiance, nous nous enrichissons du regard de l’autre et de sa critique.

image

Margaux Birch – Série 59 Rivoli – http://www.margauxbirch.com/

TOG: Pour linstant vous nous avez présenté chacun dentre vous, whats next ? Prévoyiez-vous des expos présentant le boulot de chacun des membres, des projets fait en commun ?

PN: Le but avant tout était de présenter chaque membre du collectif et de faire découvrir son travail à tous les gens qui nous suivent désormais. Nous avons déjà co-réalisé une exposition, Fanette (Guilloud) a présenté sa série « Géométrie de l’Impossible » en février dernier au Demory Paris. Cette exposition étant terminée depuis le 10 mars, nous sommes en train de travailler sur un projet d’exposition innovant et inédit, qui présentera un nouveau travail élaboré conjointement avec nos huit regards. Sans pouvoir en dire plus sur le projet pour l’instant, on espère pouvoir le présenter d’ici la fin de l’année.

image

Nicolas Rivals – Série Eloge de la Stabilité – http://www.nicolasrivals.com

TOG: Vous êtes tous originaires de Toulouse, et vous êtes (il me semble) tous partis de la ville, maintenant que vous pouvez comparer, vous pensez quoi de la scène artistique (au sens large du terme) toulousaine ?

PN: Je pense que si nous sommes partis de Toulouse à la fin de nos études c’est car bien qu’ayant une activité photographique reconnue avec Manifesto et le Château d’Eau (entres autres), il manque une vraie dynamique artistique de tous les jours, qu’on ne retrouve qu’à Paris, notamment au niveau des espaces d’expositions ou des galeries, et de l’effervescence qui y règne. Pour autant, Toulouse reste une ville active, où nous avons beaucoup aimé étudier et vivre et nous souhaitons longue vie à des projets comme Touch of Grand qui veulent continuer à faire prospérer l’activité artistique de Toulouse.

image

Fanette G – Série Géométrie de l’Impossible – http://www.fanetteg.com

Toute leur actu sur http://www.prismenoir.com/

et https://www.facebook.com/prismenoir

– Palms Biches