Ceux qui me connaissent le savent, je suis une grande fan de Balmain depuis toujours, et encore plus depuis l’arrivée du jeune Olivier Rousteing aux commandes de la maison. Cette saison encore, point de faux-pas et si certains reprochent le côté “importable” des pièces, ce n’est que pour me plaire d’autant plus.

Car oui, chez Balmain, la femme est une amazone, une guerrière urbaine, une aventurière du bitume, rien que ça. Ornée de cuir, la taille cintrée par de larges ceintures, les épaules hautes et larges, la femme Balmain impose avant tout. Cette fois encore, on retrouve la griffe (rrrr) de la maison française tout au long du défilé, épaulettes démesurées, beaucoup de cuir, lourdes créoles en métal et silhouettes structurées et toujours bien proportionnées.

Qui a dit que la mode devait être portable tous les jours? Certainement pas moi. Et à voir la collection Dior (qu’on a détesté à la rédact) je préfère souffrir avec Balmain pour être belle en conquérante street & bling!

– Palms Biches