Façade arrière en pierre grise
Façade arrière en pierre grise
Pour ma première, je partage un bout de Paris ! Il y a beaucoup à dire, évidemment, et tellement d’architecture à voir.
Je tenais à présenter, pour commencer, une réalisation alliant contemporain et style Haussmannien: le Fouquet’s (mais si vous connaissez, un hôtel plein d’étoiles sur les Champs Elysée que les politiques apprécient).
L’histoire de ce bâtiment est intéressante. L’urbanisme étant très réglementé à Paris, pas le droit de changer l’apparence Haussmannienne de l’hyper-centre, l’architecte Edouard François se faisant confier la réhabilitation de l’îlot refuse en premier lieu: « Haussmann ok ! Mais comme moi je l’entends. »
La façade sur les Champs reste la même, mais la partie arrière, qui garde l’apparence d’un immeuble Haussmannien (avec les mêmes détails), a été entièrement réalisée en pierre grise (on remarquera le calepinage donnant quelques jolies nuances). Sur les ouvertures aussi, l’architecte a décidé de se détacher des conventions: de grands blocs en verre entourés d’une lame d’acier traversent la façade de manière totalement indépendante. N’ayant pas pu voir les chambres, je ne pourrais pas vous parler de l’apport de lumière naturelle mais la taille des ouvertures étant assez importante,on peut deviner que la luminosité ne doit pas y faire défaut.
Façade en pierre grise
Evidemment, on peut ne pas apprécier le gris foncé très dur de cette pierre (ce qui est mon cas), mais on est forcément sensible au résultat. Cette façade résolument moderne est une nouvelle identité forte mais aussi une belle réinterprétation de la façade Haussmannienne. Et si je vous parle du Fouquet’s, c’est aussi pour vous inviter à rentrer! Ne vous inquiétez pas, on ne vous jettera pas à l’entrée: au contraire on vous invitera même dans la cours intérieure, qui se trouve à l’étage (si vous vous faites passer pour, ou si vous êtes, un étudiant en archi).
A l’intérieur, comme tout hôtel de luxe, la déco est soignée. La cour présente aussi, une vraie partie Haussmannienne et une partie récente, grise, recouverte de brindilles en alu. L’effet est étonnant et vaut le détour : ce n’est pas tous les jours que l’on peut s’incruster dans un hôtel 5 étoiles (en passant je n’ai même pas osé regarder la carte du bar).
Cours intérieur du Fouquet’s, terrasse du bars/restaurant
Voilà comment une contrainte évolue en atout architectural, une manière sensible, esthétique et contemporaine de répondre à l’héritage architecturale Parisien. Edouard François fait parti des bons architectes français mais a souvent été critiqué dans le milieu. Malgré ça, sa réalisation au Fouquet’s est un incontournable qui mérite d’être salué.
Vous trouverez aussi à Paris le Tower Flower et l’Eden Bio (très bonne référence dans le logement collectif) et à Montpellier l’immeuble qui pousse qui sont les plus remarquables de ses œuvres.
Le site d’Edouard François : http://www.edouardfrancois.com